Accueil  >   C'est décidé, je me reconvertis !  >   Vos réactions  >   Témoignages d'internautes  > Valérie, ex-cadre dans les ressources humaines - 19/02/2010

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

Valérie, ex-cadre dans les ressources humaines - 19/02/2010

Bonjour,

Voilà un témoignage qui n'est pas une sucess story mais qui peut aider les gens dans cette problématique.

Très cordialement,

Valérie

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pendant 9 ans, j'ai été cadre dans les ressources humaines, exerçant successivement les fonctions de chargée de ressources humaines, responsable des ressources humaines et responsable des affaires sociales et juridiques dans des  groupes internationaux .

Je ne me suis jamais vraiment éclatée au travail mais avec une éducation très judéo chrétienne, cela ne me paraissait pas nécessaire, voir possible. Je faisais donc mon travail avec application, sérieux mais sans réel enthousiasme ni conviction. En fait, seules les pauses avec ma collègue devenue amie faisaient que les journées passaient les unes après les autres avec heureusement de nombreux fous rires  et un sentiment partagé de décalage.

8 ans se sont ainsi écoulés... A côté, j'ai construit ma vie de femme (comblée), de maman heureuse, de cadre parisienne gagnant bien sa vie, jusqu'à ce qu'un beau jour, ma collègue devenue amie démissionne pour faire elle aussi « sa vie » ; et là, mon quotidien au travail est devenu un enfer en quelques mois : rivalités, jeux politiques, job ingrat (licencier les salariés) tout m'est apparu et j'étais seule pour faire face. Je n'étais pas taillée pour ça, avec une faible résistance au stress, une sensibilité à fleur de peau et un caractère authentique j'ai commencé à pleurer puis pleurer beaucoup et enfin m'absenter avec des arrêts maladie. J'avais une image de moi catastrophique, je me trouvais minable, bonne à rien ; le travail  peut  véritablement pourrir l'image qu'on a de soi et comme on est condamné à vivre avec soi même, ce n'est pas facile, facile.

Résultat, j'avais tout pour être heureuse (santé, boulot, mari aimant, enfants, un toit) et je pleurais. Quelle honte, quelle culpabilité. Cela me donnait une image encore plus dégradée de moi.

 

Pendant ces arrêts maladie salvateur (vive la sécu), après les larmes et quelques anxiolytiques (merci docteur),  j'ai pris la décision de changer de travail et pour cela de faire un bilan de compétences. Ma demande a été validée par le Fongecif et j'ai commencé cette introspection, cette recherche du fameux petit fil rouge, ce listing de compétences transférables, ces rencontres avec des professionnels de terres inconnues, nous étions alors  au mois de novembre 2008 et mon coach me comprenait ! Quatre mois après, en février 2009, je finissais ce lourd travail, cette mise à nue douloureuse qui permet d'élargir l'étendu des possibles :oui, je pouvais faire autre chose et j'allais le faire !

J'avais toujours voulu apporter du sens à ma vie professionnelle et travailler dans le social s'est vite imposé à moi. J'allais enfin faire partie de cette communauté de gens bien, de ceux qui donnent de leur temps pour les autres contre un salaire de merde. En mars 2009, sans aucune formation, je trouvais donc un poste en tant que directrice d'un établissement médico social accueillant des travailleurs handicapés et je commençais ma nouvelle vie professionnelle !

 

Un an après.........Je me relis et je ris. Je vous rassure ce n'est pas nerveux, je vais mieux.

 

Je ris parce que dans le social comme ailleurs, il y a des rivalités, des coups bas, des jeux politiques, des cons et des gens bien.  Mais dans le social, la rémunération est misère pour les responsabilités portées et le travail est très opérationnel !  En gros aujourd'hui,  je me fais chier comme un rat mort !!!!!!

 

Alors, je ris parce que deux ans après mes grandes décisions, je me retrouve face à une question que je connais bien : mais qu'est ce que je vais faire de ma vie professionnelle après (parce que bien évidement,  je fuis ce poste et ses emmerdes)? Revenir à l'ancienne vie professionnelle ? Par question, je ne regrette pas le chemin parcouru.

 

Cette fois ci, je vais faire une chose que je n'avais pas faite la première fois : je vais prendre le temps de réfléchir à la réponse, prendre du recul par rapport à mon bilan professionnel (le coach a une obligation de résultat quelque part et il faut garder cela à l'esprit....) et je vais fréquenter avec assiduité vos pages, pour trouver des idées, des pistes. Je travaillerai en intérim en attendant !

Je m'engage bien entendu à vous informer si cette fois ci ma reconversion est épanouissante !

 

 


Postez vos réactions, vos témoignages sur : jemereconvertis@cadremploi.fr