Accueil  >   C'est décidé, je me reconvertis !  >   Les aides pour se reconvertir  >   Vous êtes salarié  > Auto-entrepreneuriat : le test «reconversion» sécurisé

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

Auto-entrepreneuriat : le test «reconversion» sécurisé

L'auto-entrepreneuriat séduit. Depuis sa mise en œuvre en janvier 2009, plus de 3 000 Français ont opté pour ce nouveau statut, dont 37 % de salariés. Un dispositif idéal pour préparer sa reconversion via une deuxième activité.

Pour vous, reconversion rime avec indépendance ? Vous avez une idée d'activité mais vous n'envisagez pas de quitter votre emploi sans avoir fait un test ? Regardez donc du côté de l'auto-entrepreneuriat, le nouveau statut chéri des pouvoirs publics. Tout en gardant votre emploi, vous pourrez lancer votre idée sur votre temps libre. Ce statut ne vous dispense toutefois pas de respecter votre éventuelle clause de non-concurrence ou d'exclusivité.

 

Une formalité administrative

Pas d'inscription au registre du commerce et des sociétés, pas de complication administrative. Ce statut s'obtient sur simple déclaration auprès du Centre de formalités des entreprises (CFE). Une opération réalisable en quelques clics sur les sites du CFE et de l'auto-entrepreneur. Une fois cette formalité accomplie, l'activité peut démarrer. Un test d'un an en quelque sorte, puisque sans chiffre d'affaires réalisé pendant 12 mois consécutifs, la sortie du dispositif est automatique.

 

Pas de chiffre d'affaires, pas de charges

Pas de risque non plus côté finances. Les prélèvements sociaux et fiscaux sont prélevés à la source et uniquement si votre activité génère un chiffre d'affaires. Celui-ci est d'ailleurs plafonné à 32 000 € pour une activité de services et à 80 000 € pour une activité à vocation commerciale. Attention, au-delà de ce seuil la sortie du dispositif est encore automatique. Côté cotisations, elles seront de 13 % pour un chiffre d'affaires réalisé avec une activité commerciale et de 23 % dans les services.

 

Un test protégé

Remboursements maladie, prestations maternité, allocations familiales : si vous demeurez salarié en parallèle, votre nouvelle casquette d'auto-entrepreneur n'apporte aucun changement, vous restez affilié au même régime. En ce qui concerne votre retraite, vous acquerrez des droits grâce à votre nouvelle activité uniquement lorsque celle-ci commencera à générer un chiffre d'affaires.

 

À l'heure actuelle, ce statut a particulièrement la cote pour les activités de conseil, de gestion et de services à la personne.

 

 

Pour en savoir plus :

Article « Créer son entreprise : explorer toutes les aides »

Article « Créer son entreprise : le jeu en vaut-il la chandelle ? »

 

Sandrine Guinot © Cadremploi.fr - 2010

 

 


Vos réactions, vos témoignages : jemereconvertis@cadremploi.fr