Accueil  >   C'est décidé, je me reconvertis !  >   Pratique : check list et modèles  >   Passer à l'action  > Reconversion : combien ça coûte ?

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

Reconversion : combien ça coûte ?

En poste ou en recherche d'emploi ? Reconversion de longue haleine ou de courte durée ? Besoin d'une formation, d'un bilan de compétences ?... Estimer le prix d'une reconversion professionnelle relève du casse-tête.

« Le budget peut aller du simple au triple, remarque d'emblée Bruno Brusa, président directeur général de l'organisme de formations et de conseils Door Training & Consulting France. Je dirais de 5 000/6 000 € à 18/20 000 €, mais je ne parle que des profils dont nous nous occupons. » Car les cadres que le cabinet accompagne sont majoritairement pris en charge par leurs employeurs et les dispositifs publics.

 

Dans la fourchette basse, on retrouve généralement des cadres dotés d'une formation initiale solide qui n'ont besoin que d'un bilan d'orientation ou d'un petit complément de formation. Dans la fourchette haute : « ce sont souvent des personnes avec un plus faible niveau de formation initiale ou qui changent totalement de métier », observe Bruno Brusa.

 

Parmi les principaux éléments à prendre en compte pour faire votre estimation :

- Votre salaire : allez-vous vous reconvertir durant votre temps libre ? Devrez-vous assumer une réduction de rémunération ? Pouvez-vous bénéficier d'aides ou de subventions ?

- La formation : c'est l'un des points clés du budget d'une reconversion. « Un cursus universitaire est généralement moins cher que celui d'une école, et une formation à distance moins couteuse qu'en présentiel. Ces éléments sont à prendre en compte dans l'estimation du budget », conseille Blandine Legrand, responsable du département Management Ressources Humaines du groupe Demos.

Tous les tarifs de formation sur la rubrique Formation de Cadremploi

- Les à-côtés de la formation : matériel informatique, connexion internet, forfait téléphonique, manuels, frais d'inscriptions à des examens : quels seront vos besoins ?

- L'organisation : devrez-vous trouver un mode de garde pour vos enfants durant votre reconversion ? Devrez-vous vous déplacer et assumer des frais d'hébergement ?

 

Quel que soit votre projet, avoir recours aux dispositifs publics demeure le meilleur moyen de diminuer votre facture globale. « Un salarié à tout intérêt à se tourner vers son employeur, conseille Blandine Legrand. Certains sont tout-à-fait prêts à co-investir dans la reconversion de leurs cadres. »

Reconversion : quel impact sur la retraite et la protection sociale ?


Un cadre devient chef d'entreprise

S'il choisit de conserver le statut de salarié, sa reconversion n'aura aucun impact sur sa retraite ou sa protection sociale. S'il change de statut, il cotise alors au régime social des indépendants (RSI).

Dans le cas où le cadre devient artisan ou commerçant, le RSI s'occupe à la fois de la protection sociale, de la retraite de base et du régime complémentaire. En revanche, s'il se reconvertit dans une profession libérale, la protection sociale dépend également du RSI mais c'est la CNAVPL qui gère leur retraite de base. La retraite complémentaire relève alors de différents organismes en fonction de la profession libérale exercée.

Tous ces professionnels sont en général moins couverts que les salariés. Il existe tout de même des compléments de retraite leur permettant aussi d'augmenter leur protection sociale.

Un cadre devient employé

Aucun changement ne s'opère en ce qui concerne la retraite de base. Pour la retraite complémentaire, « il ne cotise plus à l'AGIRC mais uniquement à l'ARRCO », explique Christophe Rousseau, directeur marketing de l'offre au sein du groupe paritaire de protection sociale Malakoff Médéric. L'impact est cependant neutre en termes de montant de retraite.

Côté protection sociale, la perte est plus grande. « Les cadres disposent souvent d'une couverture collective obligatoire d'un meilleur niveau », précise Christophe Rousseau

Un cadre demeure cadre mais change de secteur d'activité

Aucun impact en termes de retraite. En revanche, il existe de nombreuses variantes pour la protection sociale. « En ce qui concerne la prévoyance, les dispositions conventionnelles peuvent être plus ou moins avantageuses selon le secteur d'activité et les entreprises. Mais le cadre est assuré d'avoir une couverture minimale », note Christophe Rousseau, qui observe aussi que dans les faits, plus l'entreprise est grande, plus les protections sociales sont étoffées.

 

Pour en savoir plus :

Article « Les p'tits coups de pouce »

 

 

Sandrine Guinot © Cadremploi.fr - 2010

 

 


Vos réactions, vos témoignages : jemereconvertis@cadremploi.fr